Harcèlement, violence et intimidation scolaires

Le harcèlement scolaire est un fléau plus ou moins visible d’un regard extérieur mais dont les sévices sont réels. Face à ce genre d’intimidation, il est important d’adopter des approches assertives plutôt que des réactions agressives. L’accompagnement est la clé du problème à tous les niveaux. Il est essentiel d’agir afin d’aider les victimes comme les auteurs à retrouver un équilibre.

Définition :

Le harcèlement scolaire est vu comme une action répétée et délibérée qui repose sur un rapport de force. Il repose sur 3 caractéristiques :

  • Les violences subies sont continues et répétées afin de s’inscrivent dans la durée.
  • La victime n’est pas en mesure de se défendre seule face aux intimidations mettant ainsi en place une relation asymétrique propice aux rapports de domination et abus de force ou pouvoir. Cela peut être une personne plus forte face à une personne plus faible ou bien un groupe contre une personne isolée.
  • Les actions sont volontaires et délibérées avec une intention de nuire.



Dans ses manifestations, les intimidations scolaires peuvent prendre les formes suivantes :

  • Verbale : moquerie, injure, humiliation, insulte, geste déplacé, menace, surnom inapproprié, ...
  • Psychologique : exclusion volontaire, commérage ou propagation de rumeurs et toute autre action pouvant mener à l’isolement social de la victime.
  • Physique : blessure, coup, bousculade, vol et extorsion de biens.
  • Sexuelle : contact et comportement non désirés ou commentaire de nature inappropriée.

Le harcèlement n’est pas toujours visible; ni dans les faits ni dans ses conséquences. Au-delà des heurts physiques qui peuvent subvenir, ce genre d’intimidation peut également entrer dans les champs de la manipulation en forçant la victime à faire des choses qu’elle ne désire pas.

Causes :

Il n’y a pas aucun critère précis légitimant le harcèlement scolaire si ce n’est, au départ, un mal-être profond du harceleur. Il se fonde sur le rejet de la différence et la stigmatisation de certaines caractéristiques. De fait, tout peut devenir un prétexte aux violences dépendamment des acteurs et du contexte dans lequel ils s’inscrivent.


Cela peut être :

  • l’apparence physique : poids, taille, couleur ou type de cheveux
  • l’identité sexuelle : garçon jugé trop efféminé, fille jugée trop masculine, sexisme, orientation ou supposition d’orientation sexuelle
  • un handicap physique, psychique ou mental
  • l’appartenance à un groupe social ou culturel particulier
  • des centres d’intérêts différents

Ceci étant, le harcèlement se développe dans le contexte général de l’établissement scolaire. Si le climat de l’établissement est dégradé ou si les situations de violences sont mal identifiées, peu prises en charge ou non punies, le harcèlement va possiblement prendre de l’ampleur.

Conséquences :

Les lésions laissées par le harcèlement scolaire sont plus ou moins graves selon l’intensité des violences et peuvent causer des séquelles permanentes qui ne sont pas forcément visibles. Il est important de noter qu’aussi bien la victime que le harceleur seront sujets aux dommages.

À court terme
, et encore baigné dans les vagues du harcèlement, la victime ne saura que très peu gérer les retombées émotionnelles conduisant à comportement d’isolement ou des excès de colère sporadiques. Dans les cas les plus graves, les victimes peuvent être violentes envers les autres ou directement envers elle-même avec des tentatives de suicide.

À moyen et long term
e, le harcèlement peut avoir des conséquences importantes sur le développement psychologique, l’aisance sociale mais surtout l’épanouissement personnel dans son ensemble. Ces répercussions peuvent se prolonger à l'âge adulte si elles ne sont pas prises en charge.



Les signes du harcèlement scolaire sont multiples et ne doivent pas être confondues par une crise de l’adolescente :

  • Perte de l’estime de soi et dépression
  • Émotions négatives persistantes (peur, horreur, colère, culpabilité, honte, angoisse)
  • Réaction vive sans raison apparente et irritabilité
  • Désinvestissement ou décrochage scolaire, baisse des résultats, absentéisme
  • Diminution de l’intérêt pour tout type d’activité
  • Maladie ou trouble psychosomatique
  • Isolement social et évitement en tout genre
  • Comportement dangereux ou autodestructeur
  • Difficulté de concentration
  • Difficulté de sommeil



Du côté de l’enfant harceleur, des violences ou situations turbulentes dans le cadre familial sont souvent à déplorer ainsi que des difficultés scolaires. Des répercussions sur la santé mentale de l’agresseur peuvent subsidier et se transformer en comportements délinquants dans la vie adulte.